Gagner des revenus complémentaires

Générer des revenus complémentaires

“Gagner des revenus complémentaires” : l’expression revient de plus en plus souvent dans les conversations ou sur les forums internet.

Qu’il s’agisse de personnes travaillant à plein temps, à mi-temps ou des personnes sans activité professionnelle ; que cela provienne d’un vrai besoin pour boucler des fins de mois difficiles, d’une envie de plus de confort ou encore d’une envie progressive de changement vers autre chose, les façons de générer des revenus complémentaires sont pléthoriques. Voici un rapide aperçu de ce phénomène qui prend beaucoup d’ampleur !

revenus complémentaires

De nombreuses possibilités

Il y a aujourd’hui de nombreuses possibilités proposées sur internet pour générer des revenus complémentaires. Parmi les plus populaires, il y a du bon et du moins bon, on vous laisse deviner : la vente directe, le marketing de réseau, le paiement au clic, mettre des avis sur des sites, vendre des crédits frauduleux, répondre à des sondages, proposer ses services à ses voisins, faire du community management, etc. Vous trouverez ainsi facilement sur de nombreux sites, blogs et forums des propositions plutôt alléchantes pour gagner plusieurs centaines voire milliers d’euros sans même quitter votre canapé. Évidemment, cela va sans dire – mais ça va quand même mieux en le disant – plus c’est alléchant, plus c’est suspect.

Certaines sont cependant réelles, parfois exaltantes et répondent efficacement au besoin premier d’arrondir ses fins de mois. D’autres relèvent plutôt du miroir aux alouettes et ne parviennent pas vraiment à donner à l’intéressé le sentiment d’accomplissement par ailleurs tant recherché. Au mieux quelques euros vite dépensés mais les sommes accumulées sont souvent bien moins élevées que prévues.  

Structurer sa démarche

Pour se documenter, certains sites essaient de structurer les choses en proposant plusieurs pistes, une méthodologie et des tutoriels pour aider les “travailleurs à domicile” à développer leur activité. A noter par exemple :

http://www.travailler-a-domicile.fr/
http://www.travail-domicile-complementaire.fr/

Un conseil quand même : ne passez pas trop de temps à écouter ceux qui vous diront qu’ils ont fait fortune grâce à la solution qu’ils essaient de vous vendre. Il y a de fortes chances que la fortune soit faite… sur votre dos.

Pour ceux qui souhaiteraient développer une activité économique locale dans leur quartier, n’hésitez pas à nous contacter ! C’est bien réel, c’est utile et cela se développe durablement…

Nous contacter !

Les Malheurs de Sophie – Bricolage Malin

C’est le retour des malheurs de Sophie dans un nouvel épisode ! La semaine dernière, Sophie prenait des vacances chez ses parents. Aujourd’hui, de retour, elle fait pour la première fois appel à OpenLoge pour du bricolage, seront-ils à la hauteur ?

***

Episode 5 – Bricolage Malin

Sophie vivait avec son fils Thibault dans un modeste appartement du 10 ème arrondissement : deux chambres, une cuisine, un grand salon, une salle de bain et un balcon. C’était un bel endroit dans lequel elle se plaisait bien. Elle aimait tout particulièrement leur salle de bain, bien qu’elle n’ait, en soi, rien d’extraordinaire. En fait s’il y avait une chose que ne se refusait pas Sophie, c’était de prendre soin d’elle. La salle de bain était de fait, son sanctuaire, là ou elle aimait se retrouver et être parfaitement à son aise. Mais depuis quelques temps, son joint de baignoire moisissait (déjà mal en point à son arrivée 2 années plus tôt), elle supportait mal ce côté sale dans son coin de paradis. Pourtant, avec le temps, elle avait fini par s’y faire et n’y prêtait plus vraiment attention. C’est en rentrant de son séjour de vacances chez ses parents, qu’elle prit conscience qu’il était temps d’agir, revoir sa salle de bain après plusieurs semaines avait mis à jour tous ses défauts. 

S’il y avait bien une chose qu’elle regrettait chez son ex-mari Charles, c’était son adresse au bricolage, un vrai touche à tout ; avec lui son joint aurait été changé depuis bien longtemps. Elle avait bien essayé une fois d’appeler une entreprise de bricolage, mais pour si peu cette dernière n’avait pas voulu intervenir ; “demandez à un ami” avaient-ils dit ; bonne idée, pas si simple. C’est finalement la nouvelle fuite du robinet dans la salle de bain qui avait achevé de convaincre Sophie d’agir. Et c’était enfin l’occasion de tester OpenLoge, elle n’avait pas oublié les promesses qu’elle s’était faite.

Les malheurs de Sophie - Bricolage malin

Tout se passa très vite, elle se rendit sur le site d’OpenLoge ; et, n’étant pas trop sûre d’elle, elle préféra contacter Alban le coordinateur, plutôt que de s’adresser directement à un offreur de service ; il lui inspirait confiance, l’avait-elle déjà vu quelque part ? Elle ne s’attendait pas à recevoir une réponse si rapidement, même pas 1h après sa demande Alban lui répondait. Il la redirigea vers Emile, un plombier semblait-il, mais habile pour tous types de bricolage. Elle lui envoya donc un message, cette fois ci elle attendit un peu plus longtemps avant de recevoir une réponse. Cela devait dépendre des personnes s’était-elle dit.

En quelques messages, le rendez-vous, l’heure et le montant étaient fixés, le prix ne semblait pas excessif, jusqu’ici elle était ravie. Le jour j, Emile est arrivé à l’heure, à pied ; il habitait vraiment à deux pas, c’était amusant. Il s’avéra que son problème de joint n’était pas très sorcier, le plus long était d’attendre que son produit  – pour enlever le joint précédent – fasse effet ; mais poser le nouveau avait pris 30 minutes même pas ! Pour le robinet ce fut plus compliqué, elle apprécia comment Emile était pro et apte à expliquer tout ce qui n’allait pas et ce qu’il faisait ; Sophie curieuse en avait appris beaucoup. Aussitôt fini, elle échangea quelques mots avec Emile, décidément très sympathique, qui lui conseilla d’attendre 24 h avant d’utiliser de nouveau la baignoire. Le paiement se passait lui sur le site, pratique ! Un petit clic pour signifier que la mission avait été effectuée, un avis sur la prestation d’Emile sur le site et sur la page Facebook d’OpenLoge et c’était fini !

Emile avait laissé une salle de bain très propre, le travail fait et bien fait. Cela avait été si simple que Sophie n’en revenait pas ; et se dire qu’Emile n’habitait qu’à quelques minutes à pied la fascinait. On ne connait vraiment pas ses voisins à Paris, et c’est regrettable pensait-elle, alors que les prochaines 24h loin de sa baignoire allaient lui paraître une éternité…

***

OpenLoge

Les Malheurs de Sophie – Les Parents

On retrouve un nouvel épisode des malheurs de Sophie. La semaine dernière, Sophie débordée prenait conscience qu’elle avait besoin d’aide. Aujourd’hui, elle part prendre du recul en vacance chez ses parents, OpenLoge est-il la solution pour elle ?

Episode 4 – Les Parents

***

Une graine, lorsqu’elle est plantée, est encore bien loin de germer et d’atteindre la maturité ; de mauvaises conditions et un mauvais entretien suffisent pour la rendre aussi utile dans le sol qu’un mégot de cigarette. Une graine a même très peu de chances de s’épanouir et de bien germer si elle ne pousse pas dans le cadre qui lui convient.

Le processus pour Sophie était en tous points similaire. Lorsqu’elle avait reçu le flyer d’OpenLoge, ce n’était qu’une graine semée un peu au hasard, elle aurait pu le jeter directement, ou le laisser mourir et se déchirer dans son sac. Un millier de raisons auraient pu empêcher l’adhésion de Sophie au projet ; d’ailleurs son intérêt était au départ très limité. Et pourtant, les conditions adéquates ont permis à Sophie de retrouver le flyer à un moment où elle y était réceptive, la pousse OpenLoge avait montré le bout de son nez.

Sophie s’était renseignée sur le concept. Il fallait s’inscrire en ligne à ce qui était appelé la loge de son quartier, « c’est quoi ce truc maçonnique !? » s’était-elle dit. Pour Sophie c’était la loge du 10e arrondissement donc. Dans cette loge – qui faisait en réalité référence au lieu d’habitation du concierge – plusieurs profils d’offreurs de services étaient présentés, des gens habitant aussi dans le 10e arrondissement et proposant toutes sortes de services ; bricolage, ménage, et baby-sitting avaient particulièrement retenu son attention. Pour payer, cela se passait aussi en ligne ; et pour déclarer les personnes employées, le CESU, d’après l’article d’OpenLoge, semblait assez simple d’utilisation.

Openloge avait donc commencé à s’installer dans l’esprit de Sophie, qui savait désormais que c’était une potentielle solution pour elle, pour l’aider en cas de besoin. Mais avant de s’en servir, il fallait encore qu’elle ait un besoin. Ce qui n’était pas d’actualité ! Elle venait de prendre 3 semaines de vacances bien méritées et avait décidé d’aller rendre visite à ses parents à Metz. Un vrai bonheur pour eux de revoir leur petit fils Thibault qui avait dû encore bien grandir. Et de revoir leur fille qui paraissait chaque fois de plus en plus fatiguée, ce qu’ils ne manquaient jamais de lui faire remarquer.

Epsode 4 - Les parents

“- Oui je sais maman, mais ça va changer ! Je viens de trouver un site où des gens habitant proche de chez moi proposent leurs services, je pense que je vais vite l’essayer. Se défendit-elle un jour. 

– Je croyais que tu étais indépendante et n’avais besoin de personne ? ironisa son père.

– C’est un vrai effort que je vais faire c’est sûr, mais j’ai l’impression de perdre les pédales, je vais essayer et on verra bien, je ne veux pas que Thibault ait l’image d’une mère débordée trop souvent indisponible pour lui. Il va entrer en primaire et commencer à avoir des devoirs, ça me tient à cœur de pouvoir l’aider et suivre sa progression.

– Et pourquoi tu ne te retrouves pas un homme ? Ca réglerait bien des soucis haha ! La délicatesse n’était pas la plus grande qualité de Jean.

– A mon âge et vu mon emploi du temps ça s’annonce compliqué ! Puis je ne veux pas quelqu’un par intérêt. 

– Voyons Sophie tu exagères, c’est tout à fait possible, mais il est clair que tu te laisses déborder par ton train de vie ; ta vie se résume un peu à Thibault, boulot, dodo. Intervint sa mère. 

– Quand Thibault a fait un séjour chez Charles j’ai pris du temps pour moi, donc je sais aussi penser à moi. 

– C’est bien ce qu’on dit, il a fallu que l’on te retire Thibault. Sinon tu n’arrives pas t’occuper de toi. Véronique était du genre à avoir toujours le dernier mot.

– Mouais.. enfin c’est bien pour ça que je vous ai parlé d’OpenLoge et que ça m’intéresse, en fait j’y place beaucoup d’espoirs, j’espère ne pas être déçue.”

Sophie semblait décidée à changer les choses dans son quotidien, et à utiliser les services proposés par OpenLoge. Décidée aussi à bien profiter de ses vacances et ne plus penser à tout ça.

***

OpenLoge

Les Malheurs de Sophie – Les bonbons

La petite saga des malheurs de Sophie continue. La semaine dernière, Thibault a fêté son anniversaire. Aujourd’hui, il revient chez sa maman, après 2 semaines passées chez son papa « bonbons », Charles…

Episode 3 – Les Bonbons

***

Charles voyait le petit Thibault un weekend sur deux et pendant la moitié des vacances. Ils venaient de passer deux semaines à s’amuser comme des petits fous, à se goinfrer de sucreries et autres sodas que l’on ne trouvera évidemment jamais dans les placards ou le réfrigérateur de Sophie…

Sophie récupérait enfin son minus, à 21h précises ce soir. Débordée au bureau, elle ne réussit pas à s’en extraire avant 20h… Elle filait donc à la supérette du coin. Elle avait été une vraie adolescente sur le retour ces deux dernières semaines (pizza, resto entre copines, apéro dinatoire, apéro tout court…) : bref, pas un légume à l’horizon. Donc, les courses : des céréales pour le petit déjeuner – « qu’est-ce qu’il y a comme sucre là-dedans », du Nutella pour le goûter « oui, non, j’hésite… il a dû en manger des tonnes chez Charles », des légumes, des fruits, etc. Et puis, il y avait toujours ce petit rituel lorsque Thibault revenait de chez son papa : le paquet d’oursons à la guimauve. Elle s’en voulait pourtant d’avoir instauré un peu malgré elle cette habitude ? Si jamais il n’avait pas ces foutus oursons à la guimauve, Thibault allait forcément lui sortir un truc désobligeant du genre : »Chez papa c’était bien, y’avait plein de gâteaux super bons ». « Mouais, c’est ça… génial ». 

Les malheurs de Sophie - les Bonbons

Bref, elle prenait le paquet de bonbons et hop, direction la caisse. Il ne lui restait plus que 10 min avant l’arrivée de Thibault. Pas question d’arriver en retard, et en plus de supporter une réflexion de Charles à propos de son boulot… Sophie était si pressée qu’elle faillit partir en oubliant de payer.

“Madame, vous n’avez pas réglé », l’interpella la caissière avec un ton neutre, presque sans vie.
– « Oh oui ! Excusez-moi, j’ai vraiment la tête ailleurs. Je vais régler par carte.” Elle posa rapidement son sac à main sur le bord du comptoir et le sachet de bonbons près de la caisse, sortit sa carte de crédit, régla la facture, attrapa son sac à main, et s’enfuit au pas de course. Elle allait être à l’heure !

La caissière, peu réactive et visiblement un peu épuisée, remarqua un peu tard les oursons oubliés au bout du comptoir. Elle leva la tête, la dame semblait déjà bien loin. Le temps de peser le pour et le contre sur si cela valait ou non la peine de dépenser une énergie devenue précieuse pour lui crier qu’elle avait oublié un article, Sophie avait déjà passé une rue, ne se doutant évidemment de rien…

Elle arriva chez elle 5 minutes avant que la sonnette ne retentisse. Thibault était super content de retrouver sa maman. Charles n’était pas très loquace, embrassa bien fort son fils et fila rapidement. Et Thibault, comme à son habitude de demander « ils sont où mes oursons maman ? ». Elle attrapa son sac à main et glissa une main à l’intérieur, puis deux, puis trois (ah non… pas trois) ; pas de sac d’oursons ! Une panique un peu difficile à expliquer la remplit, elle regarda partout autour d’elle, rien ! Elle ne pouvait pourtant pas l’avoir oublié, elle n’était PAS ce genre de maman débordée qui perdait la tête. Dans un ultime espoir, elle retourna son sac à main par terre et fit tout tomber : rien, rien, et rien. Dépitée, elle s’assit au milieu du foutoir. Sous sa main, elle sentit un papier plié qu’elle ouvrit.

Les malheurs de Sophie - Les Bonbons

“Vous avez besoin d’aide ?”, c’était le flyer d’OpenLoge. Elle se souvenait bien du moment où on lui avait distribué ; mais elle n’y avait plus du tout pensé depuis… pourquoi ne l’avait-elle pas jeté d’ailleurs ? Sophie le regarda et vit les dernières semaines de sa vie défiler, tout en lisant les services mentionnés sur le tract : “ménage », « babysitting », « animation d’anniversaires », « courses”. Elle se dit que – bien que difficile à admettre – elle avait peut-être besoin d’un peu d’aide. Un début vers une solution ?

***

Les malheurs de Sophie - Les Bonbons

www.openloge.fr

Les Malheurs de Sophie – L’anniversaire

Pour cet été, nous vous proposons une petite saga des malheurs de Sophie, une super maman parisienne pour qui tout n’est cependant pas toujours facile ! Enfin… Ça c’était avant qu’elle ne découvre OpenLoge 😉 Chaque semaine, suivez Sophie et découvrez un nouvel épisode de sa vie.Elle vous entraînera dans ses aventures avec humour et fraîcheur. La semaine dernière Sophie est tombée sur un flyer, aujourd’hui son fils Thibault fête son anniversaire.

Episode 2 – L’anniversaire

***

Pour Thibault, les grandes vacances venaient de commencer. Une période qu’il appréciait et attendait toujours avec impatience ; non pas qu’il aimait pouvoir se prélasser au soleil et ne pas aller à l’école ; il adorait l’école ! En plus, à la rentrée, il entrait en primaire. Il aurait même été partant pour raccourcir ses vacances tant il était pressé de passer chez les « grands ».

Pour de vrai, ce qu’il attendait avec impatience, c’était son anniversaire, qui tombait une semaine après le début des vacances. Sophie accordait beaucoup d’importance à ce jour de célébration et faisait toujours en sorte qu’il soit inoubliable pour son fils. Cette année, son plan était simple et attendu comme efficace : Thibault aurait le droit d’inviter 5 amis de sa classe de grande section. Sophie les emmènerait jouer au jardin Villemin à deux pas de chez eux puis ils rentreraient en milieu d’après-midi pour souffler les bougies, manger le gâteau et ouvrir les cadeaux. Juste après, un animateur viendrait émerveiller les enfants pendant une petite heure.

C’était sa botte secrète cette année ! Les clowns avaient toujours un effet surprenant sur les enfants ; elle avait eu cette idée alors qu’elle faisait les courses dans un centre commercial quelques semaines plus tôt. Il y avait un stand avec un clown plutôt doué, les enfants autour étaient complètement bouche bée et hypnotisés par ses blagues et ses tours. Des amis, des bonbons, un gâteau et un clown : Thibault allait adorer !

En théorie, cela se présentait plutôt pas mal. Mais trouver la personne idéale à un bon prix avait déjà été une mission délicate. Après plusieurs recherches sur internet, elle avait opté pour un homme habitant à l’autre bout de Paris. Il avait l’air pas mal.

Les malheurs de Sophie l'anniversaire, le clown

Le jour J, tout avait bien commencé, comme prévu : arrivée des invités suivie d’une balade au parc Villemin, puis le gâteau et l’ouverture des cadeaux à l’appartement. Il a encore été bien gâté ce petit chat. L’excitation était à son comble et tout le monde attendait l’animation du clown ! Mais Damien était arrivé en sueur avec 30 min de retard, “problèmes de métro” disait-il. Le temps de se changer et de mettre en place son animation, les petits avaient fini de goûter depuis bien longtemps et commençaient à se chamailler un peu… L’effet de surprise avait perdu de sa superbe, mais il put tout de même faire son show.

Visiblement, Damien était moins aguerri que son homologue du centre commercial, son expérience en la matière semblait assez limitée, et Sophie se demandait même s’il faisait bien la différence entre des enfants de 12 ans et de 6 ans. Car, quand il a fait sa devinette sur le point commun entre un enfant qui fait des bêtises et un sapin de Noël, le flop – dû à la non compréhension du verbe « enguirlander » par les enfants – fut si gênant qu’elle s’empressa de proposer des bonbons aux enfants, alors même qu’elle venait de leur « suggérer » une pause. Quant à son tour de magie, il a eu peine à convaincre même les plus naïfs des plus petits ; tout le monde ayant bien vu que, si la pièce avait disparu de la main gauche, c’est qu’elle s’était grossièrement glissée dans la droite..

Bref, heureusement ce sont des enfants, ils ne sont pas bien exigeants et s’amusent encore aisément de peu de chose. Et leur absence d’expérience des clowns empêchait toute comparaison qui aurait sûrement fait de Damien un piètre représentant de sa profession. Malgré tout, ce ne sont pas eux qui ont eu à nettoyer le tour de la maïzena mélangée avec de l’eau. L’ensemble produit un contenu qui devient solide ou liquide selon qu’on l’agite ou non. Impressionnant et captivant, pour peu que cela ne se transforme pas en une redoutable bataille de morceaux de cette pâte visqueuse qui en a mis partout !

Les malheurs de Sophie, l'anniversaire - Ménage

Ainsi, à 18h30, après le départ des derniers enfants – merci les parents en retard, c’est encore 2 heures de nettoyage qui attendaient Sophie. Elle aurait rêvé d’avoir à sa disposition quelqu’un qui puisse lui donner un bon coup de main. Quelqu’un qu’elle pourrait convoquer rapidement, qui saurait se rendre disponible sympathiquement, et qui habiterait à côté.

Et pourtant, un peu plus loin, près de l’entrée, au fond de son sac à main, un prospectus d’OpenLoge tout froissé gisait, n’attendant qu’ à être consulté pour proposer ses solutions. Mais Sophie l’avait, semble-t-il, un peu oublié…

***

www.openloge.fr