Proposer ses services dans son quartier

Proposer ses services sur une plateforme internet, c’est aussi avoir l’opportunité de pouvoir rendre des services dans son quartier et arrondir ses fins de mois. Quelle est la meilleure solution pour proposer ses services dans la bonne humeur?

Proposer ses services
Proposer ses services dans son quartier

Pourquoi proposer ses services à ses voisins ?

Nous sommes nombreux à chercher un complément de revenu pour arrondir les fins de mois. Que nous soyons actifs avec un travail ou à la recherche d’un emploi, les charges s’accumulent…

Proposer ses services à ses voisins ne nécessitent pas forcément d’avoir des compétences techniques très pointues. Lorsqu’il s’agit d’aller livrer des courses, attendre un livreur qui est censé venir entre 9h et 16h un jeudi, promener un chien ou encore accueillir un locataire airbnb, rien de très compliqué. Il faut juste être sympathique, organisé et consciencieux. Et avoir l’envie de rendre service. 

Nous sommes aussi de plus en plus nombreux à vouloir créer du lien social avec nos voisins. Et si le lien social passait par quelque chose de très simple. Un service rendu, un sourire, un bon moment passé, et la satisfaction pour celui à qui on a enlevé une épine du pied. En proposant ses compétences sur une plateforme de mise en relation, cela permet simplement de rencontrer de nouvelles personnes en se rendant utile et en complétant ses revenus !

Pourquoi aller loin pour proposer ses services?

L’idéal est de pouvoir rendre des services vraiment très près de chez soi. Souvent, les plateformes internet (et elles sont nombreuses) cherchent à mettre en relation des personnes proches les unes des autres géographiquement avec un outil de géolocalisation. Mais très souvent, les voisins ne sont pas vraiment des voisins et l’on se retrouve à aller rendre des services à plusieurs kilomètres de chez soi. Ce qui enlève beaucoup de l’esprit de quartier et fait perdre pas mal d’intérêt au plaisir de rendre service… 

L’approche d’une conciergerie de quartier

Avec OpenLoge, nous privilégions la qualité à la quantité. La formule est facile mais nous préférons qu’il n’y ait pas d’offre plutôt que d’avoir une offre de services bancale qui ne corresponde pas aux besoins des demandeurs ou qui oblige les offreurs de service à faire des kilomètres pour rendre un petit service. Pas rentable, pas logique et pas de sens.

Sur OpenLoge.fr, on rejoint donc une communauté 100% locale. Les offreurs de service habitent dans le quartier et rendent des services aux habitants du quartier exclusivement. La baby sitter du quartier côtoie le bricoleur du quartier qui côtoie l’aide ménagère et la couturière… Le tout coordonné par un concierge local qui assiste et anime son équipe. Vous nous rejoignez? 

Je postule!

La conciergerie de quartier: un nouveau phénomène de société?

On connait mieux le concierge d’immeuble ou le concierge d’hôtel mais le concierge de quartier est un concept un peu nouveau. La conciergerie de quartier, voilà une tendance qui se développe et qui répond à une demande croissante de la part des actifs, et même des retraités! A quoi répondent ces conciergeries? Comment fonctionnent-elles? Quelles perspectives pour la conciergerie de quartier?

Pourquoi une conciergerie de quartier ?

Les concierges existent depuis le XIIème siècle. A l’époque des gardiens respectés du château se baladant dans les couloirs avec leur cierge, les concierges ont aujourd’hui un nouveau style. Qu’il s’agisse de concierge privé de luxe, concierge d’entreprise, concierge d’immeuble ou concierge de quartier, ce sont des professionnels au plus près de leurs clients et leur objectif est toujours de trouver une solution aux “problèmes” du quotidien. Quel que soit votre besoin, le concierge détient les clés du quartier, les bons tuyaux et saura vous dénicher la bonne personne pour vous rendre service. Besoin d’un bon bricoleur pour refaire un joint de baignoire ? Besoin d’une baby sitter pour demain soir ? D’une couturière pour faire des rideaux ? D’un ménage ponctuel ? Ou encore d’une petite course dans le quartier ? Accueillir un livreur en pleine journée ? Pas de problème, le concierge se charge de vous trouver une solution.

Comment fonctionnent la conciergerie de quartier ?

Cela dépend des “enseignes”, même si pour l’instant il n’y en a pas beaucoup. Dans la plupart des cas, vous faites une demande au concierge qui se charge de trouver la bonne personne pour vous. Vous ne choisissez pas. Il s’occupe de la transmission de la mission et de la facturation. C’est le cas par exemple de Lulu dans ma Rue à Paris, qui dispose de plusieurs kiosques dans Paris. L’initiative est soutenue par la Mairie de Paris et des fondations. 

Une autre solution consiste à rejoindre une communauté de quartier. Sur OpenLoge.fr, on appelle cela la loge du quartier. Il n’y a pas de local physique comme chez Lulu. La loge est une équipe d’habitants du quartier montée par un micro entrepreneur local. Ce micro entrepreneur concierge rencontre et sélectionne des particuliers et auto entrepreneurs pour ensemble rendre une multitude de services aux habitants du quartier (bricolage, ménage, babysitting, livraisons). Tous les offreurs de service habitent dans le quartier et le concierge est le chef d’orchestre de cette équipe motivée à rendre de super services aux habitants locaux.  

Quel avenir pour la conciergerie de quartier ?

Selon la formule, les perspectives sont différentes. Certaines conciergeries de quartier sont exclusivement portées sur le service rendu tandis que d’autres cherchent à former un véritable réseau social de quartier avec une approche décentralisée. Les conciergeries OpenLoge sont dématérialisées (sur le web), ouvertes sur leur quartier et développées par un explorateur entrepreneur de son quartier.

Rendre service permet de créer des liens sociaux. Nous ne croyons pas un énième facebook local pour créer des liens entre les individus. Nous sommes convaincus que les liens doivent être utiles et pratiques. On rend service à ses voisins et on crée des liens qui n’auraient probablement pas existé sans ce premier contact ou prétexte! Ce qui n’empêche évidemment pas les habitants du quartier de contacter le concierge pour simplement aller boire un café, cela arrive même souvent!

Pour la suite, l’idée est de favoriser les interactions entre les habitants d’un même quartier pour que les échanges soient créateurs de valeur nette pour tous. Acheter des biens ou des services à plusieurs dans son quartier, trouver des bonnes affaires dans son quartier, acheter des biens et les utiliser en commun… En rationalisant les échanges à l’échelle locale, on ouvre des perspectives très créatrices de valeur et très enthousiasmantes.

Vous voulez rejoindre le mouvement OpenLoge en ouvrant votre loge dans votre quartier ? C’est très simple, il vous suffit d’avoir une bonne énergie, de vous retrousser les manches et vous lancer. Cela commence ici.  

Conciergerie de quartier: on se retrousse les manches pour son quartier
Conciergerie de quartier: on se retrousse les manches pour son quartier!

Devenir le concierge du quartier: un nouveau métier!

Devenir concierge de son quartier… mais qu’est-ce que cela veut dire? Le mot concierge recommence à être à la mode. A l’origine, ce titre plutôt “prestigieux” désignait le gardien du château, celui qui se baladait avec un cierge dans les couloirs… On connaît aujourd’hui les concierges d’immeuble, les concierges d’hôtel, les concierges d’entreprise mais que sont les concierges de quartier ? Des gardiens du quartier ? En quelque sorte.

C’est quoi un concierge de quartier ?

En tous cas, c’est un nouveau métier qui évolue et qui consiste à servir les habitants d’un quartier pour leur faciliter le quotidien. Le concierge sélectionne et réunit les bonnes ressources du quartier pour proposer des solutions pratiques et locales. Pas mal non ?

Le concierge et son équipe d’offreurs de service ne passent pas leur temps dans le métro ou leur voiture. Ils se déplacent à pied et rendent des services directement à des voisins. Quoi de plus gratifiant ? On retrouve cette notion de communauté locale et d’entraide à l’échelle locale. Ont-ils un local ? Dans certains cas oui, mais pas forcément, cela dépend des solutions proposées. Il n’est pas indispensable d’avoir un local immobilier. Les commerçants locaux peuvent faire office de relais et seront ravis de participer à la dynamique économique du quartier !

Comment faire pour devenir concierge de son quartier ?

Peu de structures permettent de monter une conciergerie de quartier de manière indépendante. La plupart des conciergeries sont centralisées et recherchent donc des prestataires.

Il y a sinon quelques solutions sous forme de franchise, avec un droit d’entrée: par exemple, Familife.

Et des solutions non franchisées, plus souples et sans droit d’entrée. Par exemple OpenLoge. OpenLoge.fr permet à un micro entrepreneur (auto entrepreneur) de monter sa petite équipe d’offreurs de service pour ensemble proposer des services aux habitants de leur quartier. Pas besoin de local, pas besoin d’investissement de départ. Vous montez une “loge” sur OpenLoge.fr et coordonnez une équipe tout en développant une communauté locale à laquelle vous apportez chaque jour un peu plus de services. Plus d’une personne vient taper à notre porte chaque jour pour ouvrir une loge. Serez-vous le prochain à rejoindre le mouvement?

Envie d’en savoir plus? Rendez-vous sur OpenLoge.fr !

Concierge de son quartier
Devenir concierge de son quartier

Une communauté de quartier pour manger mieux

Margaux n’arrête pas de me parler de manger mieux et de sa période Detox de printemps. 80 jours à en parler la bouche pleine, 40 jours de detox en râlant 24/24, et hop on reprend les bonnes habitudes jusqu’à la prochaine édition. Cela commence dans 10 jours… En attendant, elle n’arrête pas de s’enfiler des Twix. Le rapport à la nourriture, ce n’est pas si simple. Le mieux, ce serait de ne pas en parler et que cela redevienne naturel (tout un concept de redevenir naturel…).

Manger mieux, mais pour quoi faire?

Entre l’âge de 20 et 30 ans, j’ai un peu mangé n’importe quoi. La raison principale? Je dirais… la flemme. Et puis, on fait un peu comme tout le monde de son âge: on ne manque pas d’énergie, on se sent plutôt invulnérable et cool. Et si, en plus, je mangeais des légumes frais pleins de vitamines, je ne tiendrai plus en place! Pourtant, j’aimais bien la bonne nourriture, cette culture était bien ancrée dans ma famille. Ces choses-là, en général, ça ne se perd pas. Mais bon, il fallait faire un effort. Alors manger mieux passait au second plan. 

Manger mieux, mais c’est bien sûr…

Ensuite, on s’installe en couple. Le yin commence à peupler le yang. « Aaaahhh… mais c’est une plante verte ». Et le yin (ndlr. c’est la femme) nous ouvre à de nouveaux horizons (ndlr bis. le yin est moins vertical que le yang…). On fait des efforts: on va au marché, chez les petits commerçants du quartier, on achète des fruits autrement qu’en compote. Un nouvel univers s’offre à nous, et nous rappelle une enfance heureuse. L’effort est de moins en moins présent. Le plaisir s’installe. Et derrière la nourriture, on commence à voir poindre… des gens. Des gens qui cultivent, des gens qui transportent et distribuent la nourriture. Des gens passionnés par ce qu’ils font et des gens qui aiment partager, échanger et transmettre.

On dépasse le domaine du monde marchand. Les marchands sont d’abord des producteurs qui aiment transmettre. La nourriture est leur messager. Manger mieux, manger juste… le slogan est lancé.

Pas que de la nourriture, pas que des rapports humains non plus…

La Ruche qui dit Oui, ce n’est pas qu’une plateforme web ou un système de distribution. Ce n’est pas juste un accès facilité à de la nourriture de qualité et des produits frais et locaux. La Ruche qui dit Oui permet de lier la production de nourriture à ceux qui la consomment. Et de relier ceux qui la consomment en créant une communauté locale. C’est un peu cette acception du partage que nous aimons: partager un peu de sa vie de producteur, des valeurs, des connaissances, des passions, des habitudes, des recettes…

Une communauté de quartier pour manger mieux
La ruche qui dit oui

La Ruche qui dit Oui, comment ça marche au fait?

La Ruche qui dit oui, c’est un réseau web de communautés locales qui aiment les bons produits alimentaires. Ces communautés sont appelées des ruches et sont développées par un Responsable de ruche, un indépendant passionné de nourriture. Ce responsable de ruche rassemble chaque semaine sa communauté sur le site La Ruche qui dit oui pour commander des produits aux producteurs de la région.

Les commandes et le paiement des produits sont très simplement effectués sur le site. Les produits sont ensuite récupérés, quelques jours plus tard dans un café ou un local mis à disposition. Un moment convivial pendant lequel les voisins se retrouvent et discutent des produits, de la vie et du quartier.

Se lancer dans un projet entrepreneurial local

Nous aimons La Ruche qui dit Oui pour les raisons suivantes:

  • une organisation décentralisée pour être au plus près des acteurs locaux: l’esprit entrepreneurial local se déploie pour offrir la meilleure solution aux habitants de son quartier. 
  • un rapport direct entre producteurs et citadins: des rapports responsables et équilibrés, et tout simplement l’occasion de rencontrer et discuter avec ceux qui mettent des saveurs dans nos assiettes. Manger mieux, manger juste!
  • des synergies entre nos activités: quand on ouvre une ruche, pourquoi ne pas ouvrir une loge? La loge apporte des services complémentaires aux membres de la ruche: des livraisons de commandes pour ceux qui ne peuvent pas aller la récupérer bien sûr, mais aussi tous les autres services OpenLoge (un coup main en bricolage, un brin de ménage, trouver une baby sitter dans le quartier, une petite course dans le quartier…).

Bref, nous partageons et portons des valeurs similaires. Et pensons que notre organisation décentralisée (à la fois globale et locale) est la plus appropriée pour être au plus près des habitants.

Enfin, nous proposons une solution flexible à toutes les personnes souhaitant se lancer dans un projet entrepreneurial de proximité. Les rôles de responsable de ruche ou de coordinateur de loge (concierge de quartier) permettent de devenir entrepreneur à l’échelle de son quartier. Avec les outils et l’énergie d’un réseau web aux valeurs profondément humaines, ces micro entrepreneurs, qu’ils aient 20 ans ou 65 ans, se lancent dans l’aventure entrepreneuriale, bâtissent une communauté et deviennent de véritables chefs d’orchestre.

Alors, l’aventure vous inspire?

Pour postuler en tant que concierge de quartier, c’est ici. Pour rejoindre votre loge la plus proche et déguster de bons services, c’est ici. Pour rejoindre votre ruche la plus proche et déguster de bons produits, c’est ici.

Préparer sa retraite quand on ne peut pas épargner

Préparer sa retraite est un sujet récurrent dans les media et une préoccupation bien présente dans nos esprits. Les articles traitant du sujet de la retraite consistent très souvent à dénoncer la dérive du régime des retraites ou à suggérer des solutions de placement pour compléter une retraite qui tend à se réduire comme peau de chagrin. Mais peu d’aventuriers s’essaient à trouver une solution pour ceux qui n’ont tout simplement pas la possibilité d’épargner.

Comment préparer sa retraite lorsqu’il ne reste plus rien sur le compte bancaire à la fin du mois ? Comment peut-on espérer résoudre un problème plus tard alors que la situation actuelle est déjà insoutenable ? Et au-delà de l’aspect financier, préparer sa retraite n’implique t-il pas d’appréhender ce passage de manière plus globale ?

Avant de préparer sa retraite, il faut déjà boucler les fins de mois

Avant même de penser à préparer sa future retraite, il n’est pas déraisonnable de s’atteler à résoudre le problème actuel.

Selon le baromètre Cofidis/CSA, les français auraient besoin de 464 euros en moyenne par mois pour ne pas avoir besoin de tirer le diable par la queue. 49% des personnes interrogées auraient recours à un découvert bancaire au moins une fois dans l’année pour faire face à leurs dépenses incompressibles (loyer, factures, nourriture…).

Bref, même si les choses peuvent probablement s’arranger en apprenant à « mieux dépenser » et mieux gérer, la situation n’est pas simple et on peut très certainement mieux faire.

Beaucoup de français ont notamment commencé à se créer des compléments de revenus de diverses manières: LeBonCoin, Ebay, Vestiaire Collective et autres plateformes web permettent de revendre les objets devenus inutiles et ainsi de générer des compléments de revenu plus ou moins substantiels.

L’économie du partage: une économie du complément de revenu ?

Mais quand on n’a rien à vendre pour générer des compléments de revenu, il est aussi possible de louer des biens ou des services: louer sa voiture sur Drivy, sa cave sur Jestocke, son appartement sur Airbnb, et même son camping car sur Yescapa… et des services sur OpenLoge, Leboncoin, Allovoisins, Needelp ou d’autres plateformes de services entre particuliers.

Cela permet de générer des revenus complémentaires ou même, dans certains cas, de vrais revenus ! Et même si ces revenus seront probablement de plus en plus taxés, cela n’en reste pas moins un bon moyen de mettre du beurre dans les épinards sans avoir à prendre un travail de nuit – en plus d’un travail à temps plein.  

Cela permet en tous cas de colmater les trous à la fin du mois. Mais cela reste du dépannage et ce n’est donc pas forcément très durable, à moins de placer tous ces revenus complémentaires pour ses vieux jours sur un compte « bloqué ». Mais dans ce cas, il ne reste pas grand chose pour boucler les fins de mois aujourd’hui…

Bref, ce n’est toujours pas simple de résoudre ce dilemme. Et l’on a en tête quelques exemples anglo saxons qui montrent des personnes de 80 ans balayant dans un fast food pour subvenir à leurs besoins. Cela ne fait pas vraiment envie…

Pour préparer sa retraite de demain

Il faut donc, pour réellement préparer sa retraite, trouver une activité qui soit rémunératrice et qui s’inscrive dans la durée, pour que les revenus de demain soient plus importants que les revenus d’aujourd’hui et ce, de manière durable. C’est un peu le principe du placement, mais ici sans mise de départ… en tous cas financière.

C’est une équation difficile que nous nous employons à résoudre avec OpenLoge. Le concierge de quartier – alias le coordinateur de loge – développe une communauté de confiance, qui avec le temps, permet au concierge de générer des revenus récurrents de plus en plus importants, et durablement.

L’investissement en temps au démarrage est certes un peu intense : le coordinateur développe et entretient une communauté de confiance, il fait connaître son projet à l’échelle locale, tisse des liens intelligents et durables avec les acteurs de l’écosystème (commerçants, artisans, associations, écoles, crèches, mairie). Le coordinateur est un véritable entrepreneur de son quartier, un explorateur de la valeur locale et un tiers de confiance !

Il s’agit donc d’un projet résolument humain, social et économique qui apporte une énorme satisfaction à tous les étages pour qui veut donner un sens à ses actions et s’intégrer pleinement dans son environnement local.

Commencer l’aventure relativement tôt permet d’envisager sa retraite avec plus de sérénité. Et pas seulement d’un point de vue financier…

Mais préparer sa retraite n’est pas qu’une question de finances

Préparer sa retraite ne relève pas en effet que d’une question financière. Lorsque la retraite pointe le bout de son nez, on subit non seulement une baisse de revenus – et cela ne devrait a priori pas s’arranger – mais aussi une baisse d’estime de soi. On se sent un peu perdu, à la recherche de sa nouvelle place, de nouvelles occupations, d’une utilité, d’un statut…

Et la rupture entre deux modes de vie est déstabilisante et même parfois fatale à certains. Il arrive ainsi que ce manque de sentiment d’utilité entraîne des pathologies sévères qui traduisent une perte de sens – exemple de la maladie d’Alzheimer.

Il ne s’agit pas ici de vous faire peur, mais plutôt d’aborder le sujet de manière pro-active et avec des solutions. La question de la continuité entre les différentes étapes de la vie et la nécessité d’un rôle social et utile sont déterminantes pour aborder la retraite. 

Avec le projet OpenLoge, nous donnons la possibilité d’appréhender le problème de manière globale et positive. Pour paraphraser un célèbre chef d’Etat: “ouvrir une loge aujourd’hui, c’est générer les revenus complémentaires de demain et votre retraite d’après-demain”.

Alors, vous vous lancez ?

Préparer sa retraite, c'est maintenant !
Préparer sa retraite, c’est maintenant !