Vivez l’aventure de l’achat d’un bien immobilier autrement

Vous envisagez l’achat d’un bien immobilier ? Vous allez vous endetter sur 20 ans ou plus, et c’est probablement l’achat le plus important de votre vie ?

Vous aimeriez donc vous sentir moins seul et plus soutenu dans ce processus !? C’est parfaitement normal.

Un souffle d’innovation dans l’achat d’un bien immobilier

Nous avons rencontré Farah Falconi qui ne vient pas du monde immobilier mais du droit et qui a bien compris le problème. Après avoir vécu une expérience d’achat immobilier digne des meilleurs films d’angoisse, elle a récemment repris une agence immobilière pour apporter un souffle d’innovation dans tout ce processus d’achat d’un bien immobilier. Son agence, EZI-X Immo est basée dans le 15ème mais couvre tout Paris.

EZI-X Immo vous fait bien sentir dès le début que vous ne venez pas pour acheter ou vendre des popcorns et que vous n’êtes pas un consommateur lambda. Les équipes vont passer du temps à analyser votre besoin en s’employant à comprendre qui vous êtes et vous prend en charge pour vous aider à réaliser votre projet. Vous n’êtes plus seul, ça commence bien!

L'achat d'un bien immobilier, c'est un peu comme ramer tout seul dans l'atlantique
L’achat d’un bien immobilier, c’est un peu comme ramer tout seul dans l’atlantique

Une expérience utilisateur bien pensée

L’achat d’un bien immobilier implique beaucoup plus de choses que simplement la signature d’un acte. Rien d’insurmontable: il faut juste être préparé et bien conseillé pour éviter des erreurs qui peuvent coûter cher et laisser un goût amer de cette expérience.  

Lorsque vous avez repéré un bien qui vous plaît, il vous reste :

  • A obtenir – et penser à demander – les bonnes infos: les PV d’AG, les diagnostics, l’historique du bien et les travaux réalisés, les charges de copropriété et la taxe foncière… Un dossier de vente comprend pas moins de 20 pièces à réunir !
  • Négocier le prix du bien : c’est un art et c’est une des étapes qui fait le plus peur. Etes-vous ensuite certain que l’agent immobilier prêche pour votre paroisse ? Et qu’il a bien transmis votre offre ?
  • A trouver le meilleur financement : à moins d’avoir la chance de pouvoir payer comptant, il faudra trouver la bonne banque au meilleur taux. Pas si simple !
  • A désigner un bon notaire, trouver un entrepreneur pour réaliser des travaux de qualité, un déménageur, un assureur, etc.

EZI-X joue la carte de la transparence à tous les étages et inclut des partenaires de choix. Il ne s’agit pas juste de vous donner des adresses ou des numéros de téléphone mais bien d’une intégration dans le processus pour rendre l’expérience la plus fluide possible.

Et après l’achat d’un bien immobilier, la vie commence !

Votre expérience commence lors de la recherche mais ne s’arrête pas à la signature de l’acte d’achat d’un bien immobilier. Et pourtant, dans la majorité des cas, la relation avec l’agent immobilier s’arrête là, après avoir remis un beau chèque et une poignée de main d’au revoir…

Mais l’agent immobilier, après vous avoir aidé à traverser cette étape importante a pourtant une place de choix pour vous accompagner dans l’après car il vous connaît !

Une fois installée, plein de besoins surgissent: l’aménagement de l’appartement requiert un peu de bricolage par-ci par-là  (montage de meubles, un peu de peinture, fixer des tringles à rideaux..), l’inscription des enfants à l’école, trouver une crèche, une baby-sitter, un homme de ménage, dénicher les bonnes adresses des commerçants et artisans du quartier, etc. 

Tous ces besoins, OpenLoge les a compris et il vous suffit de demander à la loge de son quartier, une conciergerie de quartier connectée développée par un micro-entrepreneur de votre quartier qui vous accompagne dans tous vos besoins.

Et si, après l’achat d’un bien immobilier, EZI-X vous offrait la possibilité de bénéficier jusqu’à 500 euros de services sur www.OpenLoge.fr, vous en penseriez quoi ? Chiche !

 

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Manger mieux, chez soi

Vous cherchez une solution pratique pour mieux manger chez vous, sans y passer des heures ? Pour la cinquième édition de notre série d’articles sur les startups avec lesquelles nous avons noué une relation toute particulière, nous avons donc le plaisir de vous présenter Foodette qui vient à la conquête de vos assiettes.

Envie de préparer des bons petits plats mais vous manquez de temps ou d’inspiration ?

Le constat est le suivant : on a quasiment tous envie de mieux manger – plus sainement – et on sait que cuisiner ses propres plats est la meilleure garantie de savoir ce qu’il y a dedans. On sait que faire les courses quasiment tous les jours pour avoir des produits frais, c’est idéal (c’est ce que faisaient mes grands parents). And last (but not least), cuisiner redevient aussi un plaisir, la tendance fooding semblant s’inscrire durablement dans nos habitudes. Bref, c’est meilleur, c’est plus sympa…

Mais parallèlement à ce constat, on dispose d’un temps toujours plus limité en dehors des heures de travail. Et combien de fois ai-je entendu des mamans me dire: qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire à dîner ce soir ? Bref, que l’on soit une maman, jeune cadre dynamique, jeune parent en milieu urbain ou célibataire content de l’être, l’équation est compliquée à résoudre.

Foodette propose une solution intelligente, abordable et inclusive pour mieux manger.

Mieux manger, en cuisinant rapidement de bons plats

Comment ça marche ?  

1 – Vous vous rendez sur https://www.foodette.fr

2 – Ensuite, vous choisissez une formule pour 2 personnes (Duo) ou 4-5 personnes (Tribu) puis le nombre de recettes par semaine (3 ou 4 recettes)

3 – Chaque semaine, vous recevez chez vous ou en point relais tous les ingrédients calculés en juste quantité pour cuisiner de bonnes recettes de saison en moins de 30 minutes. Il n’y a pas d’engagement dans la durée

Et c’est à partir de 5,50€/plat/personne pour la formule Tribu et 7,25€/plat/personne pour la formule Duo.

Ce que l’on aime particulièrement chez Foodette

On aime bien l’équipe, l’esprit, le concept et le fondateur Olivier Tangopoulos. Olivier m’avait très gentiment reçu de manière totalement désintéressée à une époque où je commençais à devenir un entrepreneur du web 🙂

Et aussi bien sûr :

  • la formule souple et sans engagement
  • les quantités sont calculées au plus juste = moins de gaspillage dans nos réfrigérateurs
  • et enfin, l’origine des produits: Foodette s’emploie à sélectionner des produits de saison, de nos régions, mais aussi des commerçants du quartier.

Il est bien évident que le lien entre notre manière de consommer « impacte » considérablement l’écosystème de notre quartier. Privilégier l’approvisionnement en produits distribués localement permet de renforcer l’activité économique et sociale locale. Cela veut dire plus de vie, plus d’échanges, plus d’emplois et donc plus de valeur créée et partagée autour de chez soi. Longue vie à Foodette. 

Mieux manger, chez soi
Mieux manger, chez soi
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Et les personnes âgées dans tout ça ?

Vous cherchez une solution innovante et rassurante pour bien s’occuper de personnes âgées ? Pour la troisième édition de notre série d’articles sur les startups de l’économie collaborative avec lesquelles nous avons noué une relation toute particulière, nous avons donc le plaisir de vous présenter Alenvi.

(Re)donner l’envie de s’occuper des personnes âgées

Le constat est le suivant: nous avons d’un côté une population qui vieillit et qui souhaite rester à domicile avec un maximum d’autonomie ; de l’autre un déficit structurel de personnes qualifiées et motivées pour s’occuper avec joie, bonne humeur et professionnalisme de nos aînés.

Comment résoudre cette équation compliquée et déterminante pour nos parents, nos grands parents… et nous-mêmes ?

De l’auxiliaire de vie à l’auxiliaire d’envie

Alenvi a bien posé les termes du problème et propose une solution intelligente qui intègre tous les paramètres pour donner au métier d’auxiliaire de vie toutes ses lettres de noblesse. Le concept d’auxiliaire d’envie est né ! Voici les trois principaux éléments de différenciation:

  • Un statut équilibré et motivant pour les auxiliaires d’envie: un statut salarié, une formation continue et une forte autonomie dans son organisation.

    • L’envie et le « temps de qualité »: la communauté Alenvi aide les auxiliaires de vie à apprécier les bons côtés du métier, à vivre les moments difficiles, et à garder l’envie. Les auxiliaires d’envie et les personnes âgées passent ensemble un bon moment, un “temps de qualité” !

  • Un système collaboratif et participatif pour que le modèle se développe au plus près des intérêts des personnes âgées et des auxiliaires d’envie.

Un nouveau rapport au travail

Il s’agit donc d’un modèle qui suggère une nouvelle manière d’appréhender la relation de travail dans un domaine qui a parfois du mal à susciter l’enthousiasme, malgré des besoins évidents et croissants.

OpenLoge partage cette approche de co-développement d’un système qui intègre tous les acteurs concernés au sein d’un modèle durable.

Donc si vous cherchez une solution rassurante et harmonieuse pour une personne âgée de votre entourage ou si vous souhaitez devenir auxiliaire d’envie, pensez à Alenvi.

Alenvi, partage de temps de qualité pour les personnes âgées
De l’auxiliaire de vie à l’auxiliaire d’envie
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Dénicher de bons produits régionaux introuvables à Paris !

Comment dénicher de bons produits régionaux introuvables à Paris, et à bon prix ? C’est la réponse à laquelle répond Péligourmet, une jeune et prometteuse startup fondée sur une idée originale de Laure Le Jossec que j’ai rencontrée il y a quelques mois. Son projet de covoiturage de produits régionaux s’est bien développé depuis, bravo à l’équipe qui s’est aussi agrandi !

Une nouvelle façon de s’approvisionner en bons produits régionaux

Péligourmet est une communauté qui rassemble des Pélicabs et des Péligourmets. Les Pélicabs dénichent de bons produits alimentaires dans les régions qu’ils visitent ou dont ils sont originaires: de la tomme des huitres brassées en mer de Bretagne,  du thon fumé de l’Ile d’Yeu, de l’andouille de Guéméné, etc. Ces produits vous font rêver ? Vous ne les trouvez pas ou très difficilement à Paris. Les Pelicabs se feront un plaisir d’en rapporter aux Péligourmets lors d’un prochain trajet au bercail ! Les Pélicabs sont non seulement des transporteurs mais aussi des dénicheurs de bons produits de leur région. Le transport est ainsi rationalisé (le trajet aurait de toute façon été effectué) et la distribution revêt un caractère vraiment authentique.

Un moment convivial de quartier

Pelicabs et Péligourmets se retrouvent ensuite lors d’une distribution dans un café ou bar sympa du quartier, quelques jours plus tard. C’est le Pelicab lui-même qui remet le produit déniché au Péligourmet, tout en sirotant un verre. La commande et le paiement se font en ligne avant la distribution: c’est plus pratique et cela permet de se concentrer sur l’essentiel, la dégustation de bons produits en toute convivialité.

Nous aimons donc cette « approche quartier », qui est bien sûr dans l’ADN d’OpenLoge et partageons les valeurs de Péligourmet qui visent à mutualiser les déplacements de marchandise, à dénicher de bons produits de nos terroirs et à rendre le tout sympathique à l’échelle de son quartier. Longue vie à Péligourmet !

Comment dénicher de bons produits régionaux introuvables à Paris ?
L’économie du partage, c’est d’abord de la nourriture

 

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn