Comment bien vendre mon bien immobilier ?

De l’art de vendre un bien immobilier. Quand j’ai voulu mettre mon appartement en vente, je me suis dit: « Je vais le mettre sur leboncoin et faire ça tout seul comme un grand. Pas besoin d’avoir un agent immobilier, je vais prendre la commission de l’agent pour moi et internet fera le job !  »

Bon, en fait, pas si simple que ça: fixer le bon prix, dissuader les curieux/pas sérieux, organiser et faire les visites, ne pas dire de bêtises, négocier… C’est un vrai métier, même si certains le font mieux que d’autres. Et il paraît que plus de 70% des personnes qui mettent en vente leur bien comme des grands finissent par le confier à une agence…

En tous cas, je crois que le propriétaire n’est probablement pas la meilleure personne pour vendre son propre appartement. Internet permet de donner une grande visibilité à votre annonce. Mais quand il s’agit de rencontrer un acquéreur, de mettre en valeur son bien « sans en faire trop », de négocier, etc. l’intervention d’un intermédiaire qui maîtrise son discours semble essentielle.

Comment vendre un bien immobilier ?

Bref, après avoir reçu 1000 sollicitations d’agents immobiliers qui sautent sur l’occasion de voir une annonce d’un particulier sur Le Bon Coin (quand bien même vous aurez pris la peine d’indiquer « Agences s’abstenir ») et après avoir donné sa chance à l’un(e) d’entre eux, je me suis posé la question des critères de sélection d’un agent que je mandaterais à la vente.

1) D’abord il faut que j’aie confiance. Et moi, je fais confiance à l’humain que j’ai en face de moi. Pas à une agence qui aura le plus gros budget marketing et qui m’aura mis les mots « confiance, proximité et humain » à tous les étages de ses flyers gaspillés dans ma boîte à lettres. Cette personne va-t-elle vraiment défendre mes intérêts ? Ou se contenter de me vendre son discours habituel sans même essayer de comprendre qui je suis ?

2) Ensuite, il faut que cette personne soit sympathique. Je pourrais même aller jusqu’à dire que nous pourrions être amis. Quand vous êtes acquéreur, vous n’avez pas trop le choix, c’est le vendeur qui a « choisi » son agent. Mais quand on peut et doit choisir, l’intuitu personae est primordial. Donc évitons d’avoir par défaut l’agent par hasard disponible, ou celui qui a eu la chance de décrocher le téléphone.

3) Enfin, il me paraît essentiel que cette personne habite dans le quartier. Je crois évidemment à la « valeur locale » mais quand il s’agit de vendre un appartement, il me semble bien plus crédible d’avoir eu en direct à traiter les sujets. « Quelles rues, quelle école, crèche, quels commerçants, quels changements… ». Bref, pour bien vendre un appartement, il faut vivre dans le quartier et ne pas se contenter de lire une fiche détaillée rédigée par un autre.

Vendre un bien immobilier : quel avenir pour les agents ?

Selon moi, le métier va monter en gamme et les commissions vont baisser (plus de concurrence sur le marché, automatisation des process).  Plus de services devront accompagner la vente d’un bien immobilier (ceux de la loge de son quartier par exemple). Et le bon recrutement de la personne est primordial pour se différencier de la masse grandissante.

Je crois aussi que le bon agent immobilier est définitivement the one living next door, celui qui habite dans le quartier. Et je parie plus sur l’humain que sur l’enseigne, comme je suis plus attaché à ma conseillère bancaire qu’à l’enseigne. L’enseigne n’est qu’un moyen pour aider à la vente mais doit être mise en retrait. La confiance est accordée à l’humain, il faut savoir le mettre en avant.

Les qualités humaines (plus que les compétences techniques) seront un critère de recrutement essentiel. La machine ne les a pas… pour le moment.

Comme dans beaucoup d’industries, il faudra savoir mêler intelligemment le digital et l’humain. La présence humaine est rassurante, indispensable à établir un rapport émotionnel propice à un engagement commercial. Le digital permet quant à lui d’être plus efficace, de toucher plus de monde. Il augmente les chances d’un bon « match » entre l’offre et la demande. Rien de plus mais c’est déjà pas mal.

Marge Simpson GIF - Find & Share on GIPHY

Le crédit d’impôt généralisé sur les services !

Crédit d’impôt généralisé aux inactifs

Jusqu’à janvier 2017, le crédit d’impôt de 50% des dépenses engagées pour l’embauche d’un employé à domicile ne concernait que les actifs. Les retraités n’avaient en effet droit qu’à une réduction d’impôt !

Autrement dit, les retraités non imposables ne bénéficiaient pas des avantages fiscaux des services à la personne (ménage, bricolage, assistance, etc.). Les retraités imposables pouvaient quant à eux déduire 50% des dépenses engagées du montant de leur impôt. Mais si la réduction d’impôt permise se révélait supérieure au montant de leur impôt, ils n’obtenaient pas de crédit d’impôt. Pour rappel, un crédit d’impôt correspond ici à un remboursement par le Trésor Public.

Une mesure qui concerne 1,3 million de ménages retraités aux revenus modestes

Selon le gouvernement, le crédit d’impôt désormais permis permettra de faire baisser d’environ 20% le montant des dépenses restant à la charge des personnes âgées. Et plus de la moitié des bénéficiaires faisant appel à un employé à domicile ont plus de 80 ans.

Ainsi, c’est une mesure forte en faveur des personnes âgées souhaitant « rester à leur domicile ». Le coût de cette mesure devrait s’élever à environ 1 milliard d’euros pour l’Etat. Les dépenses engagées en 2017 pourront ainsi être déclarées sur la déclaration de revenus 2018. Elles permettront aux bénéficiaires d’obtenir un chèque du Trésor 🙂

Un crédit d’impôt en faveur de l’emploi salarié (déclaré) à domicile

Outre le crédit d’impôt, le gouvernement avait en décembre 2015 repassé la réduction de charges sociales de 75 centimes à 2 euros par heure. C’est–à-dire que pour chaque heure déclarée, l’employeur se voit déduire 2 euros du montant des charges à payer à l’Urssaf. Au lieu de 75 centimes précédemment.

Enfin, cette mesure apparaît comme une incitation supplémentaire pour dissuader le travail au noir. Elle devrait permettre au marché des services à la personne de poursuivre son développement, durablement. Officiellement, ce marché emploie 1,1 million de personnes en France, au service de 2,7 millions de clients. Et la tendance devrait se poursuivre, particulièrement du côté des personnes âgées précisément…

Crédit d'impôt et Personnes âgées
Personnes âgées et crédit d’impôt

Devenir entrepreneur… de son quartier

Devenir entrepreneur de son quartier ? Cela pourrait devenir une solution à portée de main pour tous ceux qui rêvent d’entreprendre. Car, même si l’envie d’entreprendre démange de plus en plus de monde, l’aventure n’est pas simple et il est peut-être judicieux de ne pas se lancer tout seul et trop loin de chez soi…

Devenir entrepreneur : l’envie de créer et d’être libre

L’entrepreneuriat séduit les jeunes et les moins jeunes. Les jeunes qui ne souhaitent pas « rentrer dans un système » jugé dépassé, et les moins jeunes qui souhaitent en sortir pour progressivement se reconvertir. Il n’est jamais trop tôt ou trop tard !

Les raisons sont diverses : l’envie de plus d’indépendance, l’envie de pouvoir organiser son temps à sa guise, l’envie de voir les effets directs de ses actions, l’envie de créer et développer selon son imagination…

Cet élan a notamment été rendu possible grâce aux nouvelles technologies qui permettent d’innover et laisser libre cours à sa créativité sans un investissement de départ conséquent. En tous cas, c’est possible, mais ce n’est jamais aussi simple qu’on l’imagine…

Devenir entrepreneur : pas si simple

Devenir entrepreneur ne se décrète pas vraiment, et surtout ne s’apprend pas à l’école. Même si l’on peut lire plein de très bons conseils dans les bouquins ou divers articles, on ne les comprend vraiment qu’après avoir expérimenté soi-même.

Dans notre enfance, nos parents nous abreuvent de bons principes que nous considérons souvent comme rébarbatifs. Pour beaucoup, ce n’est qu’après avoir fait nos propres erreurs que nous réalisons qu’ils n’étaient pas si absurdes que cela. Mais l’information n’est pas l’expérience, et l’information n’arrive pas forcément au bon moment.

Bref, il faut se lancer pour « sentir la chose » et fait sa propre expérience, réussir, échouer, tester, s’amuser, faire des choix, prendre une direction, puis une autre, tirer des conclusions, organiser, refaire et persévérer… Cela prend toujours plus de temps que prévu et les enjeux sont toujours relativement importants (temps, argent, stress…).

Devenir entrepreneur : oui, mais pas seul !

Il est intéressant voire vital de pouvoir s’appuyer sur l’expérience des autres, échanger et même collaborer avec d’autres entrepreneurs. Si d’autres font quelque chose qui marche, pourquoi ne pas s’en inspirer ! Et si d’autres ont fait quelque chose qui ne marchait pas, peut-être qu’il n’est pas utile de le tester soi-même. Ce n’est pas une loi car le contexte est rarement le même mais l’idée est qu’il est préférable de rester ouvert à ce qui se passe ou s’est passé ailleurs.

On l’entend très souvent mais il est important de ne pas rester seul. Car si on se parle à soi-même, il est aussi aisé que dangereux d’avoir raison tout seul. Mais être accompagné ne signifie pas seulement avoir un associé. On peut aussi trouver un accompagnement auprès d’autres acteurs : incubateurs/accélérateurs, coachs, autres entrepreneurs, collaborateurs, investisseurs, amis, famille, etc.

Mais il faut que cela soit systématique. Il est préférable que cet accompagnement soit organisé de manière régulière et permette de tirer des conclusions. Fixer des objectifs hebdomadaires et mensuels, prendre une direction, puis faire un bilan pour fixer de nouveaux objectifs et une éventuelle nouvelle direction.

Devenir entrepreneur : et si on commençait dans son quartier ?

Nous avons pensé OpenLoge comme un moyen de se mettre le pied à l’étrier. Avant de développer « la grande idée » à une échelle interplanétaire, il paraît judicieux de commencer à entreprendre dans son propre quartier, à deux pas de chez soi.

D’abord, parce qu’il est plus simple de développer quelque chose dans un quartier que l’on connaît bien, à côté de chez soi. Parler aux commerçants de son quartier, aux artisans, rencontrer des offreurs de services et des demandeurs de service de son quartier.

Ensuite, parce que « commencer petit » permet de mesurer rapidement les effets de ses actions. Il faut fixer de « petits » objectifs, mesurer les résultats, tirer des conclusions, essayer à nouveau pour constamment améliorer le processus. « Commencer petit » permet aussi d’avoir des satisfactions rapidement. Et avoir des satisfactions et des résultats, c’est tout simplement bon pour le moral d’un entrepreneur !

Enfin, nous avons pensé OpenLoge en mode collaboratif. Chaque entrepreneur de son quartier est lié aux autres au sein d’un réseau. Un simple groupe facebook permet de créer un premier lien entre les coordinateurs de loge qui échangent des bonnes pratiques, réagissent, donnent de leur bonne humeur, posent des questions, suggèrent des améliorations. On se sent ainsi moins seul et et on se sent faire partie d’un groupe, d’une aventure avec un objectif commun.

Devenir entrepreneur en ouvrant la loge de son quartier sur OpenLoge.fr ?

Devenir entrepreneur est à la portée de chacun : sans investissement financier ; en étant indépendant mais pas seul ; en s’adossant à une structure tout en restant capitaine de son bateau ; en montant une équipe d’individus indépendants mais mus par une volonté commune et l’envie d’aller de l’avant.

Les entrepreneurs de leur quartier avec OpenLoge, ce sont 18 hommes et femmes de 20 à 65 ans partout en France… qui ont choisi d’ouvrir la loge de leur quartier, une conciergerie connectée et collaborative pour rendre des services rémunérés aux habitants de leur quartier.

Vous souhaitez en savoir un peu plus sur le rôle d’un coordinateur de loge chez OpenLoge ? C’est ici

Devenir entrepreneur de son quartier
Devenir entrepreneur de son quartier

Facture énergétique : les économies, c’est ensemble !

La facture énergétique – électricité et gaz – c’est toujours un peu la mauvaise nouvelle qui arrive au mauvais moment dans la boîte aux lettres. Mais l’économie dite collaborative dispose de plus d’un tour dans son sac pour vous faire faire des économies… Voyons comment sur cette question.

Réduire sa facture énergétique grâce à l’achat groupé

Plus on est de fous plus on rit ? Non : plus on est de malins, plus on économise. Selectra, le leader parmi les comparateurs de fournisseurs d’énergie l’a bien compris. Il s’associe en ce moment au site d’immobilier SeLoger et propose une campagne nationale d’achat groupé de gaz et d’électricité. L’objectif est simple : faire des économies sur notre facture énergétique.

Le moyen est malin : il suffit de se pré-inscrire sur le site de Selectra (c’est sans engagement), et de rejoindre ainsi une communauté de consommateurs… malins eux aussi. Plus le site reçoit d’inscriptions – avant le 12 avril – plus le prix du kW/h diminuera ! Parmi tous les fournisseurs de gaz et d’électricité français, le plus avantageux et le moins cher sera sélectionné par Selectra. L’objectif est d’arriver à une réduction de 10 à 15% sur notre nouvelle facture énergétique grâce à cette formule communautaire !Selectra Facture énergétique

L’ouverture du marché français de l’énergie

Mais comment ces économies sont-elles devenues possibles ? En 2007, le marché énergétique français s’est vu chamboulé. Au monopole que tout le monde connaissait (EDF-GDF) se sont ajoutés plusieurs concurrents. Et ils sont peut-être plus nombreux que vous ne le pensez ! Pour n’en citer qu’une partie : Direct Energie, Alterna, Planète Oui, Proxella, Lampiris… Le site de Selectra en comptabilise 21 en gaz et/ou électricité, dont 16 ont la capacité de fournir les foyers français partout dans le pays.

Vous étiez-déjà au courant ? Votre voisin, peut-être pas : après 10 ans d’ouverture du marché, environ 1 français sur 2 ne sait toujours pas qu’il peut changer de fournisseur d’énergie et ainsi faire des économies.  Probablement encore moins savent qu’ils peuvent profiter de réductions supplémentaires grâce à l’achat groupé !

Et la « paperasse » pour changer de fournisseur ?

D’accord, mais qui a le temps de changer de fournisseur de gaz ou d’électricité ? Des heures sur les plateformes téléphoniques d’EDF et plusieurs bâtons dans les roues plus tard, vous reconsidérez furieusement votre envie d’économiser. Autant payer sa facture plein pot, mais être tranquille.

Oups… ça n’est plus du tout vrai aujourd’hui. Pour changer de fournisseur, il suffit d’envoyer sur le site de Selectra ses factures énergétiques. Même en dehors de l’offre temporaire d’achat groupé ! Un conseiller les analyse, négocie avec les fournisseurs et vous propose une alternative moins onéreuse. Puis, il se charge lui-même des démarches, le tout gratuitement. Quand on vous dit que vous n’avez plus d’excuses…

Chez OpenLoge, nous sommes convaincus de ces initiatives bien structurées pour que, à plusieurs, nous soyons plus forts et plus malins !

Un plombier honnête vous dites ?

Un plombier honnête s’il vous plaît ! Malheureusement, lorsqu’il s’agit de faire appel à un plombier, les sueurs froides apparaissent. On sait que cela va forcément coûter plus cher que ce que l’on imagine. Bon, ce n’est heureusement pas tout le temps le cas. Voici quelques conseils pour éviter de se retrouver dans une situation « inconfortable ».

Un plombier honnête, ça ne se trouve pas par hasard

Si vous n’avez pas de solution facile et connue, les arnaqueurs ne sont pas loin pour vous proposer des « solutions » extrêmement onéreuses, surtout dans la nuit de samedi à dimanche ! Il vaut donc mieux éviter de se trouver dans une situation d’urgence sans avoir une solution en tête. Car si vous allez sur les moteurs de recherche ou les pages jaunes, vous prenez probablement un risque élevé. En tous cas, les prestataires malhonnêtes sont très habiles et peuvent dépenser pas mal d’argent pour être bien positionnés en haut de la liste. Ils peuvent dépenser beaucoup, tout simplement parce qu’ils ont beaucoup à gagner ! On a le même problème avec les serruriers.

Un plombier honnête, ça existe

Bien sûr qu’il y a beaucoup de plombiers honnêtes, ne soyons pas négatifs ! Mais ils ont tellement de travail qu’ils sont difficilement disponibles. Et il ne faut pas rêver, ce n’est pas gratuit non plus et c’est normal.

Pour tomber sur un plombier honnête (un plombier qui ne vous vendra pas ce dont vous n’avez pas besoin au prix le plus fort), il faut s’y prendre à l’avance. Comme pour trouver un bon spécialiste médecin. La meilleure manière de les trouver, c’est de suivre une recommandation d’un ami ou d’un voisin. Si cet ami a eu une bonne expérience, il y a de fortes chances que vous aussi en ayez une bonne.

Si personne de votre entourage proche ne peut vous recommander quelqu’un, il faudra élargir votre cercle de recherche. Demandez par exemple aux commerçants, ils ont souvent des bons tuyaux !

Comment trouver facilement un plombier honnête ?

La manière la plus sûre de trouver un bon prestataire est de demander à quelqu’un qui aura fait de la recherche de bons prestataires son métier – ou presque !

Le concierge de quartier OpenLoge va s’employer à trouver ces bonnes personnes pour vous rendre des services dans votre quartier : bricolage, ménage, livraison et coups de main divers. Si vous avez besoin d’un professionnel, le concierge OpenLoge aura constitué une liste des bons pros du quartier. Il les aura testés lui-même ou ils auront été recommandés par une personne de confiance.

A-t-on forcément besoin d’un plombier ?

La question mérité d’être posée. Dans la panique, on cherche à faire appel à un spécialiste pour une intervention qui pourrait être appréhendée par un généraliste.

Si vous avez besoin d’entretenir ou remplacer votre chaudière, de toucher à la structure de votre plomberie ou de stopper une fuite extraordinaire, alors oui, il vous faut absolument un bon plombier. Car le plombier-chauffagiste aura les qualifications requises, ainsi que les assurances et garanties adéquates.

Mais très souvent, le recours à un plombier pourrait être évité. Une chasse d’eau qui fuit à remplacer, un robinet qui goute et des joints à remplacer, des WC ou un évier bouchés. Un bon bricoleur averti et polyvalent pourra régler le problème et pour un prix très inférieur à ce que vous auriez payé auprès d’un spécialiste.

N’hésitez pas à faire appel à votre concierge de quartier en rejoignant votre « loge » sur OpenLoge.fr !

A bientôt,

Alban

Un plombier honnête ?
Un plombier honnête ?