Une communauté de quartier pour manger mieux

Margaux n’arrête pas de me parler de manger mieux et de sa période Detox de printemps. 80 jours à en parler la bouche pleine, 40 jours de detox en râlant 24/24, et hop on reprend les bonnes habitudes jusqu’à la prochaine édition. Cela commence dans 10 jours… En attendant, elle n’arrête pas de s’enfiler des Twix. Le rapport à la nourriture, ce n’est pas si simple. Le mieux, ce serait de ne pas en parler et que cela redevienne naturel (tout un concept de redevenir naturel…).

Manger mieux, mais pour quoi faire?

Entre l’âge de 20 et 30 ans, j’ai un peu mangé n’importe quoi. La raison principale? Je dirais… la flemme. Et puis, on fait un peu comme tout le monde de son âge: on ne manque pas d’énergie, on se sent plutôt invulnérable et cool. Et si, en plus, je mangeais des légumes frais pleins de vitamines, je ne tiendrai plus en place! Pourtant, j’aimais bien la bonne nourriture, cette culture était bien ancrée dans ma famille. Ces choses-là, en général, ça ne se perd pas. Mais bon, il fallait faire un effort. Alors manger mieux passait au second plan. 

Manger mieux, mais c’est bien sûr…

Ensuite, on s’installe en couple. Le yin commence à peupler le yang. « Aaaahhh… mais c’est une plante verte ». Et le yin (ndlr. c’est la femme) nous ouvre à de nouveaux horizons (ndlr bis. le yin est moins vertical que le yang…). On fait des efforts: on va au marché, chez les petits commerçants du quartier, on achète des fruits autrement qu’en compote. Un nouvel univers s’offre à nous, et nous rappelle une enfance heureuse. L’effort est de moins en moins présent. Le plaisir s’installe. Et derrière la nourriture, on commence à voir poindre… des gens. Des gens qui cultivent, des gens qui transportent et distribuent la nourriture. Des gens passionnés par ce qu’ils font et des gens qui aiment partager, échanger et transmettre.

On dépasse le domaine du monde marchand. Les marchands sont d’abord des producteurs qui aiment transmettre. La nourriture est leur messager. Manger mieux, manger juste… le slogan est lancé.

Pas que de la nourriture, pas que des rapports humains non plus…

La Ruche qui dit Oui, ce n’est pas qu’une plateforme web ou un système de distribution. Ce n’est pas juste un accès facilité à de la nourriture de qualité et des produits frais et locaux. La Ruche qui dit Oui permet de lier la production de nourriture à ceux qui la consomment. Et de relier ceux qui la consomment en créant une communauté locale. C’est un peu cette acception du partage que nous aimons: partager un peu de sa vie de producteur, des valeurs, des connaissances, des passions, des habitudes, des recettes…

Une communauté de quartier pour manger mieux
La ruche qui dit oui

La Ruche qui dit Oui, comment ça marche au fait?

La Ruche qui dit oui, c’est un réseau web de communautés locales qui aiment les bons produits alimentaires. Ces communautés sont appelées des ruches et sont développées par un Responsable de ruche, un indépendant passionné de nourriture. Ce responsable de ruche rassemble chaque semaine sa communauté sur le site La Ruche qui dit oui pour commander des produits aux producteurs de la région.

Les commandes et le paiement des produits sont très simplement effectués sur le site. Les produits sont ensuite récupérés, quelques jours plus tard dans un café ou un local mis à disposition. Un moment convivial pendant lequel les voisins se retrouvent et discutent des produits, de la vie et du quartier.

Se lancer dans un projet entrepreneurial local

Nous aimons La Ruche qui dit Oui pour les raisons suivantes:

  • une organisation décentralisée pour être au plus près des acteurs locaux: l’esprit entrepreneurial local se déploie pour offrir la meilleure solution aux habitants de son quartier. 
  • un rapport direct entre producteurs et citadins: des rapports responsables et équilibrés, et tout simplement l’occasion de rencontrer et discuter avec ceux qui mettent des saveurs dans nos assiettes. Manger mieux, manger juste!
  • des synergies entre nos activités: quand on ouvre une ruche, pourquoi ne pas ouvrir une loge? La loge apporte des services complémentaires aux membres de la ruche: des livraisons de commandes pour ceux qui ne peuvent pas aller la récupérer bien sûr, mais aussi tous les autres services OpenLoge (un coup main en bricolage, un brin de ménage, trouver une baby sitter dans le quartier, une petite course dans le quartier…).

Bref, nous partageons et portons des valeurs similaires. Et pensons que notre organisation décentralisée (à la fois globale et locale) est la plus appropriée pour être au plus près des habitants.

Enfin, nous proposons une solution flexible à toutes les personnes souhaitant se lancer dans un projet entrepreneurial de proximité. Les rôles de responsable de ruche ou de coordinateur de loge (concierge de quartier) permettent de devenir entrepreneur à l’échelle de son quartier. Avec les outils et l’énergie d’un réseau web aux valeurs profondément humaines, ces micro entrepreneurs, qu’ils aient 20 ans ou 65 ans, se lancent dans l’aventure entrepreneuriale, bâtissent une communauté et deviennent de véritables chefs d’orchestre.

Alors, l’aventure vous inspire?

Pour postuler en tant que concierge de quartier, c’est ici. Pour rejoindre votre loge la plus proche et déguster de bons services, c’est ici. Pour rejoindre votre ruche la plus proche et déguster de bons produits, c’est ici.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *