Fixer un miroir au mur

Fixer un miroir au mur… Facile !

Mon bon copain Joseph est venu samedi dernier pour m’aider à fixer un miroir au mur. L’idée de faire des trous dans le mur me rendait particulièrement irritable.

Bref, Joseph allait régler tout cela avec brio. Pour l’encourager, je lui préparai un bon Bœuf bourguignon. J’ouvrai même une bonne bouteille de Bourgogne, un Chambolle Musigny.

« Le bricolage, cela ne fonctionne jamais comme prévu »

Joseph me rassure sur l’extrême simplicité de la tâche à accomplir et je lui sers joyeusement une rasade de mon bon nectar. Le vin, c’est mon domaine, mais le bricolage, cela ne fonctionne jamais comme prévu. A la suite de multiples désenchantements, je m’étais égaré il y a deux ans à vouloir faire un trou dans le mur afin d’accrocher le porte papier toilette. J’imaginais déjà la situation avec ma copine:
« Ah, tu as fixé le truc des toilettes ? »
« Ah quoi, le porte papier inox, ah oui j’ai fait ça rapidos après avoir débouché l’évier et révisé la barre de seuil. Tu as passé une bonne journée sinon ? »

Mais en fait, cela ne s’était pas du tout passé comme ça. Et le début de trou dans le mur était devenu un sujet de gausserie pour tous les copains qui passaient par là. Certains en profitaient pour y glisser des petits mots de lamentations.

Bref, entre la honte d’avoir deux mains gauches et de ne pas être le « bon bricoleur comme beau papa », je me suis résolu à faire appel à une personne qui maîtrise vraiment le sujet. Joseph était l’homme de la situation. Les ingénieurs savent tout faire, non ?

« Mince! C’est un mur porteur… »

Bien détendu par le Chambolle, je nous invite à boucler la tâche avant un petit café. Joseph, toujours sûr de lui, fixe la mèche, repère les points de perçage, et commence à serrer les dents et à crisper son visage – cela fait partie du cérémonial.
« Mince, c’est un mur porteur ».
Le bœuf bourguignon est sidéré. Comment n’avait-il pas vu ça avant ? C’est son domaine, mince !
« Euh… t’es sûr ? »
« Ah ça oui, et en plus je n’ai pas les bons forêts. Va falloir en acheter, il faudra des forêts béton de 10 de Leroi Malin, ceux de Castoyapa ne sont pas assez solides. Ecoute, je ne vais pas avoir le temps, il va falloir que je repasse. Si tu veux, je passe la semaine prochaine vers midi. En tous cas, merci pour le déj, c’était super bon ».

Entre l’envie d’auto dérision et la nécessité devenue vitale de trouver une solution rapide à ma double pathologie, le Chambolle m’offre un rêve étrange : Et si j’avais simplement accès, à deux pas de chez moi, à une personne qui, sans présomption mais avec efficacité, pourrait être ce bon bricoleur que je ne serai jamais ?

fixer un miroir au mur

Alban et Thomas
Alban & Thomas
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *