La permaculture

En 2014, j’ai étudié quelque temps la permaculture et depuis, elle ne m’a pas vraiment quitté. C’est une discipline a priori très éloignée de notre activité actuelle, puisque la permaculture s’intéresse principalement à un mode agricole durable harmonieusement intégré dans son environnement.

En réalité, la philosophie de la permaculture est bien présente dans l’approche que nous cultivons chez OpenLoge, et y trouve même tout son sens.

La permaculture: la rien ne se perd, rien ne se crée…

La permaculture est une approche ancestrale, revisitée depuis les années 1970 et qui est aujourd’hui de plus en plus reconnue comme une solution intelligente face à l’urgente nécessité de changer notre mode de production agricole basé sur l’utilisation intensive d’engrais chimiques et d’OGM qui détruisent les sols, polluent l’eau et rendent les gens durablement malades. La permaculture suggère une approche « systémique » de l’espace de production agricole afin de le rendre plus productif et durable que dans l’agriculture dite conventionnelle/chimique: l’espace doit être analysé, organisé et rationalisé de telle sorte que des interactions positives entre les éléments qui le composent engendrent des rendements (et une rentabilité !) durablement croissants. Chaque élément de l’espace agricole joue son rôle dans la partition de l’ensemble et s’insère harmonieusement dans son environnement. Par exemple, les arbres jouent un rôle primordial dans l’organisation de cet espace : les feuilles des arbres créent de la matière organique (humus) qui rend superflue l’utilisation d’engrais. Les arbres créent par ailleurs une barrière naturelle contre les intempéries, et abritent une faune jouant notamment le rôle d’auxiliaires de culture (certains animaux se nourrissent d’autres petits animaux ou insectes et régulent l’ensemble), favorisant un écosystème toujours plus vivant et fertile. Les déchets de l’un sont les ressources de l’autre, rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. Seule une nature épanouie peut appréhender la complexité de cet ensemble, devant l’œil curieux de l’homme.

la permaculture

La mise en oeuvre d’un écosystème

Pour parvenir à cet « équilibre robuste et croissant », il conviendra de bien penser et concevoir son territoire, et aussi comprendre comment le territoire s’inscrit dans son environnement. Cela requiert de bien analyser les possibles interactions positives ou négatives entre les différents éléments de l’ensemble. Il faudra tester et organiser les échanges entre les plantes permettant des associations vertueuses entre elles.

Ce n’est donc certes pas la manière la plus simple de produire, a priori. Et pourtant, c’est sûrement la meilleure manière de rendre le territoire cohérent et durablement plus productif, et aussi de prendre du plaisir et donner du sens à ce que l’on fait.

Alors, bien comprendre son quartier et son environnement, appréhender ses valeurs et ses besoins, son organisation et ses habitants afin d’organiser et de concevoir une « loge » en fonction des éléments l’environnant, l’abreuver de personnes complémentaires et s’apportant mutuellement de la valeur, ce n’est pas si éloigné de la permaculture.

C’est en tous cas sous cet angle que nous souhaitons développer OpenLoge, avec le concours de tous et sur tout le territoire français. Notre objectif sera de développer un système de loges par quartier/territoire, à une échelle très locale, partout en France et pourquoi pas au-delà…

Pour aller un peu plus loin :

Alban et Thomas
Alban & Thomas
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *