Préparer sa retraite quand on ne peut pas épargner

Préparer sa retraite est un sujet récurrent dans les media et une préoccupation bien présente dans nos esprits. Les articles traitant du sujet de la retraite consistent très souvent à dénoncer la dérive du régime des retraites ou à suggérer des solutions de placement pour compléter une retraite qui tend à se réduire comme peau de chagrin. Mais peu d’aventuriers s’essaient à trouver une solution pour ceux qui n’ont tout simplement pas la possibilité d’épargner.

Comment préparer sa retraite lorsqu’il ne reste plus rien sur le compte bancaire à la fin du mois ? Comment peut-on espérer résoudre un problème plus tard alors que la situation actuelle est déjà insoutenable ? Et au-delà de l’aspect financier, préparer sa retraite n’implique t-il pas d’appréhender ce passage de manière plus globale ?

Avant de préparer sa retraite, il faut déjà boucler les fins de mois

Avant même de penser à préparer sa future retraite, il n’est pas déraisonnable de s’atteler à résoudre le problème actuel.

Selon le baromètre Cofidis/CSA, les français auraient besoin de 464 euros en moyenne par mois pour ne pas avoir besoin de tirer le diable par la queue. 49% des personnes interrogées auraient recours à un découvert bancaire au moins une fois dans l’année pour faire face à leurs dépenses incompressibles (loyer, factures, nourriture…).

Bref, même si les choses peuvent probablement s’arranger en apprenant à « mieux dépenser » et mieux gérer, la situation n’est pas simple et on peut très certainement mieux faire.

Beaucoup de français ont notamment commencé à se créer des compléments de revenus de diverses manières: LeBonCoin, Ebay, Vestiaire Collective et autres plateformes web permettent de revendre les objets devenus inutiles et ainsi de générer des compléments de revenu plus ou moins substantiels.

L’économie du partage: une économie du complément de revenu ?

Mais quand on n’a rien à vendre pour générer des compléments de revenu, il est aussi possible de louer des biens ou des services: louer sa voiture sur Drivy, sa cave sur Jestocke, son appartement sur Airbnb, et même son camping car sur Yescapa… et des services sur OpenLoge, Leboncoin, Allovoisins, Needelp ou d’autres plateformes de services entre particuliers.

Cela permet de générer des revenus complémentaires ou même, dans certains cas, de vrais revenus ! Et même si ces revenus seront probablement de plus en plus taxés, cela n’en reste pas moins un bon moyen de mettre du beurre dans les épinards sans avoir à prendre un travail de nuit – en plus d’un travail à temps plein.  

Cela permet en tous cas de colmater les trous à la fin du mois. Mais cela reste du dépannage et ce n’est donc pas forcément très durable, à moins de placer tous ces revenus complémentaires pour ses vieux jours sur un compte « bloqué ». Mais dans ce cas, il ne reste pas grand chose pour boucler les fins de mois aujourd’hui…

Bref, ce n’est toujours pas simple de résoudre ce dilemme. Et l’on a en tête quelques exemples anglo saxons qui montrent des personnes de 80 ans balayant dans un fast food pour subvenir à leurs besoins. Cela ne fait pas vraiment envie…

Pour préparer sa retraite de demain

Il faut donc, pour réellement préparer sa retraite, trouver une activité qui soit rémunératrice et qui s’inscrive dans la durée, pour que les revenus de demain soient plus importants que les revenus d’aujourd’hui et ce, de manière durable. C’est un peu le principe du placement, mais ici sans mise de départ… en tous cas financière.

C’est une équation difficile que nous nous employons à résoudre avec OpenLoge. Le concierge de quartier – alias le coordinateur de loge – développe une communauté de confiance, qui avec le temps, permet au concierge de générer des revenus récurrents de plus en plus importants, et durablement.

L’investissement en temps au démarrage est certes un peu intense : le coordinateur développe et entretient une communauté de confiance, il fait connaître son projet à l’échelle locale, tisse des liens intelligents et durables avec les acteurs de l’écosystème (commerçants, artisans, associations, écoles, crèches, mairie). Le coordinateur est un véritable entrepreneur de son quartier, un explorateur de la valeur locale et un tiers de confiance !

Il s’agit donc d’un projet résolument humain, social et économique qui apporte une énorme satisfaction à tous les étages pour qui veut donner un sens à ses actions et s’intégrer pleinement dans son environnement local.

Commencer l’aventure relativement tôt permet d’envisager sa retraite avec plus de sérénité. Et pas seulement d’un point de vue financier…

Mais préparer sa retraite n’est pas qu’une question de finances

Préparer sa retraite ne relève pas en effet que d’une question financière. Lorsque la retraite pointe le bout de son nez, on subit non seulement une baisse de revenus – et cela ne devrait a priori pas s’arranger – mais aussi une baisse d’estime de soi. On se sent un peu perdu, à la recherche de sa nouvelle place, de nouvelles occupations, d’une utilité, d’un statut…

Et la rupture entre deux modes de vie est déstabilisante et même parfois fatale à certains. Il arrive ainsi que ce manque de sentiment d’utilité entraîne des pathologies sévères qui traduisent une perte de sens – exemple de la maladie d’Alzheimer.

Il ne s’agit pas ici de vous faire peur, mais plutôt d’aborder le sujet de manière pro-active et avec des solutions. La question de la continuité entre les différentes étapes de la vie et la nécessité d’un rôle social et utile sont déterminantes pour aborder la retraite. 

Avec le projet OpenLoge, nous donnons la possibilité d’appréhender le problème de manière globale et positive. Pour paraphraser un célèbre chef d’Etat: “ouvrir une loge aujourd’hui, c’est générer les revenus complémentaires de demain et votre retraite d’après-demain”.

Alors, vous vous lancez ?

Préparer sa retraite, c'est maintenant !
Préparer sa retraite, c’est maintenant !
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *