Coordinateur de Loge : un nouveau métier !

Comme les saisons se succèdent, des métiers disparaissent, de nouveaux apparaissent: coordinateur de Loge, avez-vous dit ?

Le processus de « destruction créatrice schumpétérien » est constamment en marche. Mais la croissance ne crée plus vraiment d’emplois, pour l’instant c’est plutôt la destruction qui prend le dessus ! Alors essayons de faire les choses différemment. OpenLoge entend jouer un rôle actif dans la création d’emplois locaux directs et indirects, et dans le développement de l’activité économique locale en proposant un nouveau métier : celui de Coordinateur de Loge.

Devenir Coordinateur de Loge, c’est être à la fois indépendant (auto-entrepreneur par exemple) et gagner des sous, travailler dans son quartier et de chez soi, participer au développement économique local et agir pour sa communauté, développer de nouvelles idées et pouvoir les réaliser… et surtout vivre une expérience humaine et sociale formidable.

Comment fait-on pour ouvrir sa loge sur OpenLoge.fr ?

Le coordinateur de loge nous contacte via le site OpenLoge.fr  et nous étudions ensemble ses motivations à l’ouverture d’une loge dans son quartier. Il accède ensuite à un cahier de bonnes pratiques nourri par OpenLoge et les autres coordinateurs, et c’est parti pour l’aventure !

Cela commence par trouver dans son quartier exclusivement les meilleurs bricoleurs, jardiniers, baby sitters, couturières, dog sitters, home sitters (airbnb check in, attente livreur ou technicien), hommes ou femmes de ménage, etc. ! Et potentiellement plein d’autres services que le coordinateur aura identifiés comme utiles et adaptés au quartier. Chaque loge s’adaptera ainsi à la physionomie de son quartier !

Une petite dizaine de bonnes personnes doit suffire, au moins pour commencer. Le flair et le carnet d’adresse du futur coordinateur auront la part belle, mais nous avons aussi de bons tuyaux, sans compter les candidats qui laissent leurs coordonnées sur le site !

Une fois l’équipe créée, le coordinateur cultive et entretient un esprit d’entraide, de confiance et de convivialité. Avec l’aide de son équipe, il porte son projet d’ouverture de la loge de son quartier.

Muni de tracts et de son enthousiasme communicatif, il sillonne les rues de son quartier, rencontre les commerçants, parcourt les marchés, passe aux abords des écoles, contacte les associations de quartier, la mairie et toutes les personnes de son quartier pour faire connaître l’ouverture de sa nouvelle loge sur OpenLoge. Et nous l’aidons à développer son réseau local en communiquant avec lui (presse, réseaux sociaux, réseau OpenLoge). Chaque coordinateur et experts des autres loges lui prêtent aussi main forte. Avec le réseau, personne ne se retrouve isolé.

En quelques jours seulement, une belle énergie et un travail d’équipe, une loge est née !

Coordinateur de Loge: Huggy les bons tuyaux des temps modernes !

Et ensuite, une fois l’équipe au complet ?

Le coordinateur, tel Huggy les bons tuyaux, aide les experts à établir et rédiger leur profil de manière professionnelle et sympathique. La loge devient alors active et les habitants du quartier peuvent faire appel aux experts pour de nombreux services.

Et cela se passe ainsi : les clients contactent les experts ou le coordinateur ; ensemble, ils mettent au point les détails de la mission sur OpenLoge.fr ; ils paient le service en ligne et laissent ensuite une évaluation sur le site !

Le coordinateur épaule les experts dans leur démarche, les conseille et les rassure ! C’est là que l’aventure humaine est particulièrement enrichissante et gratifiante. Sans compter les événements organisés tous les mois, dans un café, un commerçant du quartier ou chez soi. Une bonne occasion pour les experts de se présenter, des habitants du quartier d’apporter leur expertise sur un thème utile, le tout dans une ambiance conviviale et bienveillante.

Vous découvrirez que beaucoup de personnes ont envie de s’impliquer dans la vie de leur quartier et sont prêts à vous aider !

Comment le coordinateur gagne-t-il des sous?

Le coordinateur est rémunéré en pourcentage de l’activité générée au sein de la loge qu’il anime, soit 8,35% HT du chiffre d’affaires. Pourcentage que le coordinateur complète en proposant lui-même ses services : petites courses, livraisons, aller/retour au pressing ou à la cordonnerie, check in/out airbnb, assistance informatique, etc.

OpenLoge, de son côté, perçoit également 8,35% HT du chiffre d’affaires généré par les Loges du réseau : cela permet de couvrir les coûts d’exploitation du site, le suivi, le paiement en ligne, la gestion du réseau, le développement, etc.

Il y aura au fur et à mesure du développement de nouveaux services, de nouvelles fonctionnalités (petites annonces, achats groupés, etc.) permettant à l’activité économique et sociale locale de se développer.

Merci donc aux habitants du quartier, qui en passant par la Loge de leur quartier, contribuent à créer un emploi local (lien vers article Made in Local sur le blog) et savent précisément où vont les sous qu’ils dépensent.

Essentiel et élémentaire, vous ne croyez pas?

Alban et Thomas
Alban & Thomas

Travailleurs indépendants

La structure de l’emploi tend à se modifier depuis quelques années. Le télétravail commence à se développer plus sérieusement, le salariat cède de la place au travail indépendant (freelance) et de plus en plus de personnes cumulent plusieurs activités rémunérées. Des études prévoient qu’aux Etats-Unis, il y aura en 2020 plus de travailleurs indépendants que de salariés. Ce qui devrait, selon ces mêmes études, être le cas en 2030 pour l’Europe. Difficile à envisager pour une génération bercée au diapason du sacro saint CDI.

Travailleurs indépendants: instabilité plus ou moins choisie

Cette tendance suscite une forme d’instabilité plus ou moins choisie et maîtrisée : certaines personnes se mettent volontairement dans cette situation afin de gagner en liberté et génèrent même des revenus supérieurs à leur situation antérieure ; d’autres subissent au contraire les effets d’une précarité grandissante à laquelle il faudra proposer des solutions plus rassurantes. Et si l’on est amené à cumuler plusieurs activités différentes, il faudra également disposer d’outils organisationnels efficaces (gestion/optimisation de l’emploi du temps en fonction des missions et de leur rémunération, gestion administrative, gestion des placements pour la retraite, etc.). Nous ne sommes qu’au début de la structuration de cette nouvelle organisation et ne savons pas encore si ce sera pour le meilleur ou pour le pire, et si même cette tendance se confirmera.

Nous pensons en tous cas que, pour une majorité de personnes, les revenus ne seront plus uniquement constitués par le salaire perçu à la fin du mois. En dehors des revenus de placements financiers (pour le livret A, difficile de parler de revenus), des revenus annexes viendront compléter le salaire mensuel pour un nombre croissant de personnes : vente d’objets/vêtements, location de son bien immobilier, de sa voiture, de sa cave, etc., covoiturage, services rendus à des particuliers.

travailleurs indépendants

Multiactivités et revenus complémentaires

On peut penser que ces compléments de revenus cumulés finiront par constituer une part non négligeable du revenu familial. L’allocation de ces revenus supplémentaires sera différente selon les cas : compléter sa retraite, boucler les fins de mois, se payer un voyage ou un restaurant, une nouvelle mobylette, etc. En tous cas, les sources de revenus tendent à se diversifier et deviennent plus horizontales.

Autrement dit, on est moins passifs dans la décision de générer des revenus complémentaires. Il ne s’agit plus seulement de placer ses économies sur un compte rémunéré et d’attendre un résultat souvent bien décevant, ou d’aller travailler tous les jours et d’attendre une augmentation souvent aussi décevante.

Nous disposons tous de ressources et de leviers non négligeables qui peuvent être assez facilement monétisés, à la vente ou à la location/utilisation : nos actifs (immobilier, mobilier, objets), nos déplacements (covoiturage, livraison entre particuliers), et aussi nos compétences (services entre particuliers). Chacun d’entre nous dispose au moins d’un atout (« asset » en anglais, c’est-à-dire un actif) qu’il peut utiliser à bon escient.

Tout en générant des revenus complémentaires, ces activités permettront de développer un lien social avec des personnes de son quartier ou d’ailleurs. Les réseaux sociaux seront de plus en plus un outil pour transformer dans le monde réel un potentiel exprimé et rendu possible grâce aux nouvelles technologies.

Il en va ainsi d’OpenLoge.fr qui rationalise à l’échelle locale les échanges de services entre particuliers, traduisant une volonté de remettre un lien plus direct entre les échanges commerciaux et les relations sociales.

Alban et Thomas
Alban & Thomas