Travail au black

Travail au black

On a tendance à se dire que d’employer une femme de ménage ou une baby sitter sans la déclarer est plus intéressant financièrement puisque l’on économise ainsi les charges sociales et patronales prohibitives. Il est vrai qu’avec plus de 75% de charges à payer en sus du salaire net perçu par l’employé, l’addition peut paraître rédhibitoire. Et quand on réfléchit aux démarches administratives qu’il est nécessaire d’effectuer, la conclusion est parfois vite tirée… en faveur du travail au black. Ainsi, le travail non déclaré dans le secteur des services à la personne représenterait aujourd’hui environ 30% du marché. C’est non négligeable.

Le jeu en vaut-il la chandelle ?

Mais avant de prendre votre décision, il est bon d’avoir quelques éléments en tête :

  • C’est moins cher de déclarer son employé. Même si l’on paie 17,7 euros pour un salaire net versé de 10 euros à son employé, cela ne coûte après déduction fiscale que 8,86 euros, soit plus de 11% moins cher qu’en payant de la main à la main.
  • Ce n’est pas si compliqué de déclarer son employé à domicile, mais il est vrai qu’il n’y pas aujourd’hui de solution intégrée qui permette de simplement trouver et payer un employé ponctuel, déclarer les sommes versées, suivre sa consommation et obtenir un reçu fiscal.
  • Le jeu n’en vaut pas la chandelle: risque de redressement de cotisations sociales, risque pénal – le Code du travail (Art. L362-3) punit cette pratique de 3 ans d’emprisonnement et de 45 000 € d’amende, prise en charge de frais médicaux voire d’une rente en cas d’accident, risque de casse ou de vol non couvert, prud’homme…

Travail au black

En voyant les choses plus positivement, déclarer un employé pour des petits services, c’est donc vertueux pour tout le monde : l’employé bénéficie de protection sociale (maladie, vieillesse, accident du travail, allocations familiales, chômage). De votre côté, vous bénéficiez de déductions fiscales et l’URSSAF ne vient pas vous chatouiller avec du papier.

Parfois, la demande pour un paiement « au black » émane de l’employé lui-même. Dans ce cas, rappelez vous quand même les éléments cités plus haut, et foncez sur OpenLoge pour y trouver la bonne personne.

Alban et Thomas
Alban & Thomas
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *